Freelance Life – Clients : Les red flags qui doivent vous alerter

Je vais raconter une anecdote qui m’a servi de leçon magistrale lorsque j’étais en phase d’acquisition de clients. La fois ou j’aurai du voir le «red flag» dès le début et ou j’ai persévéré dans l’erreur jusqu’à être au bord du craquage nerveux.

C’était sur codeur.com que j’avais déniché ce client, titre et contenu de projet bourrés de fautes d’orthographe mais son profil indique qu’il a déposé plusieurs projets. Je fais donc une offre pour sa demande qui était censée être un simple ajout dans un template de page wordPress quelques lignes de codes pas plus. De là il me demande directement mon numéro de téléphone que je lui donne naïvement, le téléphone sonne à la minute ou le message est envoyé.

S’en suit pas mal de blabla, le genre de client qui vous raconte sa vie et qui fait perdre le fil de la conversation et là le premier red flag que j’aurai du identifier :

«Blablablabl…parce que vous savez dans ma région y’a personne qui veut travailler, c’est dingue ça pour faire faire un flyer ou un site internet. Y’a personne qui travaille …Et puis j’ai aussi une agence de création de sites, moi je peux vous amener plein d’affaires»

Ce que j’aurai du entendre et analyser :

Ego surdimensionné => y’a que moi qui travaille, je suis très important, je suis VIP.

Technique de la carotte pour avoir une remise.

Et surtout que vraisemblablement la personne que j’avais au bout du fil était sans doute tricard auprès de beaucoup de freelance et agences de son coin…

Bref je continue gentiment de m’enfoncer dans le piège, il me noie sous les blablas change de sujet systématiquement quand je lui demande les informations nécessaires à la création du devis comme un bête nom de société ou un Siret.

Vous l’avez vu venir le deuxième ??

Et oui je l’ai fait j’ai commencé à travailler sans le moindre devis signé ni brief avec des tâches bien cadrées, avec juste le numéro de téléphone de ce mariol !!

Je fais la modification de design demandée, confirme par sms et demande les infos facture et là évidement le gars me rappelle dans la seconde .

«Et les forfaits qui vont dans le tableau vous les avez remplis? Et puis moi je voulais qu’on puisse uploader des documents sur le formulaire, et ça et ça vous l’avez fait?»

Le devis d’une heure à 50 balles était en train de se transformer en heures de boulot sans doute payées exactement 50 balles dans la tête du client…Je trouve quand même la bonne parade, expliquant que je ne touche pas les plugin des thèmes premium, jamais et qu’en plus son projet est mal barré (un genre de uber eats mais fait avec 3 bouts de ficelles et un thème tout prêt à 79€, un hébergement dans le bas de gamme du low cost qui aurait pété à la première petite charge ) donc que je me retire et que grande princesse vu que le projet va partir à la benne je ne facture pas la prestation déjà réalisée (oui j’étais peut-être en manque de phosphore à ce moment là pour enchaîner autant de conneries dans la même journée).

Je pensais m’être débarrassée du bonhomme…erreur grossière! Quelques jours plus tard :

«oui c’est monsieur machin, ben je vous appelle parce que le temps que je lance mon affaire et ben je vais relancer mon agence web alors il me faut un site tout ça, j’ai déjà des clients et puis j’ai mon graphiste il est en Pologne, il prend 300€ pour un site et blablablabla et puis là il a pas le temps mais il a m’a dit que si il avait le temps il aurait fait gratuitement mon site et blabalblablabla»

A l’époque je manque de clients pourquoi pas deux ou trois sous-traitance pour lui. J’arrive à le couper :

«bon je vous propose un tarif de 200€ pour le site de l’agence et par contre les sites vitrines ce sera à minimum 450€ je paye des charges en France pas en Pologne»

S’en suivra la pire semaine ever :

La question du devis a été esquivée avec un art qui tient vraiment du prodige.

Évidemment le client n’a pas de thème et n’a pas envie de se bouger les miches pour en sélectionner un => pas grave je prend un statique gratuit en bootstrap que je vais adapter en wordpress ( oui oui parfaitement je suis partie sur du codage sur-mesure pour 200 misérables boules).

Aucun contenu ne m’est fourni pour avoir une base de travail.

Ah si il a bien un bandeau à la qualité d’image dégueulasse sur la page facebook de son agence (youpi).

Me voila partie à travailler plusieurs heures sur son site à tout bien mettre aux petits oignons, il m’envoi des sms toute la journée avec des images (ouais les envois de fichiers proprement par mail c’est pour les faibles), des concepts, me dérange 2 fois dans l’après -midi.

«blablablballb j’ai une cliente blbalblablba pour un e-commerce blbablbaalba, le prix, bla bla»

J’arrive tant bien que mal à mettre le premier jet sur un de mes hébergements. J’envoie un mail avec l’url et expliquant qu’il me faut les contenus pour finaliser.

Le lendemain matin seul retour à mon mail => il faut deux «m» dans le nom du site.

Le…seul….retour….ah non en fait un autre par sms :

«je vois la cliente pour le site e-commerce, faut mettre mon site en ligne que je lui montre. Je la voit à 11h00»

Là normalement le red flag aurait même du me faire une prise d’étranglement jusqu’à ce que je m’évanouisse plutôt que de me laisser continuer, on ne met pas en ligne tant qu’on a pas été payé !

Et bien non j’ai collé le site sur son hébergement et rempli les contenus et même inventé des trucs pour le portfolio, le tout à la vitesse lumière et sans devis signé (yoloooo). Je pensais pouvoir envoyer ma facture et être pépère et bien non pour vous résumer le client m’a harcelé de coup de téléphone et de sms , m’a envoyé des contenus qui aurait eu plus leur place sur du pq tellement c’était décousu et plein de fautes d’orthographe, me dérangeait en plein débogage pour un autre client pour une petite modif par-ci. En plein nettoyage d’une base de données obèse, pour me tenir la jambe «blablabla client blablabl site blablablab prix», j’ai du le recadrer parce qu’il se permettait également d’appeler et de texter le soir.

Au bout d’une semaine je ne décrochais plus le téléphone, j’étais à bout de nerfs et là miracle :

Il m’envoi une énième modification à faire à 19h00, et dans les 10 minutes deuxième texto :

«vous avez fait la modification?????»

Ma réponse

«non pas encore»

Sa réponse

«Pffff ok»

Et là ! Miracle le red flag je le vois enfin, ce type confonds freelance et chien en fait, il harcèle par téléphone pour te stresser et te déstabiliser, te faire perdre tes moyens, se rendre maître de ton temps alors que son projet ne devrait pas prendre plus d’une journée, voila pourquoi il refuse de fonctionner par mail :  pour pouvoir arracher des consentements immédiat sans te laisser le recul de réfléchir. Le pire c’est que de mon passé commercial, je la connais bien cette technique c’est celle du pied dans la porte, on fait une demande qui ne coûte pas grand chose à l’interlocuteur pour lui faire dire oui et petit à petit on pousse le bouchon un peu plus loin.

Ben mon gars ton pied tu vas le sortir vite fait de mon espace vital et de mon planning.

Autant dire que j’ai longuement pesé le pour et le contre parce qu’il aurait réellement pu m’apporter des affaires vu ses capacités à entourlouper n’importe qui,  mais le prix a payer du point de vue du stress et de mon image de moi aurait été beaucoup trop élevé. Je ne suis pas un clebs qu’on siffle.

Comment je m’en suis débarassée ? Tout simplement par mail  :

En lui filant les accès à l’admin de son site pour bien signifier que ma partie était ter-mi-née.

En lui écrivant que toute modification devrait être demandées par écrit via mail en centralisant tous les points d’un coup.

Et que la collaboration évoquée ne se ferait pas si mon mode de fonctionnement ne lui allait pas.

Le lendemain j’avais la réponse :

«J’ai ma façon de fonctionner alors on ne va pas collaborer. Merci de m’envoyer la facture»

J’ai jamais été aussi soulagée de perdre un client de toute ma vie.

Bien sûr l’histoire ne s’arrête pas là, 3 semaines après l’envoi de la facture j’ai du envoyer une relance, il m’a sorti qu’il n’avait pas payé parce que le montant n’était pas le bon que le prix convenu était TTC (mais oui bien sûr en b to b on parle en TTC…). S’en est suivi un échange de mails houleux mais je savais que j’étais coincée vu qu’il n’avait pas signé de devis et je n’avais pas envie de perdre plus de temps avec ce client de m****e, donc j’ai passé une remise pour neutraliser la TVA.

Et vous savez quoi => à ce jour la facture n’a toujours pas été réglée !

Je ne donnerai pas de noms mais vous trouverez sans doute des indices dans mon portfolio et le nom du client je vous le fait en énigme fastoche. Le prénom c’est aussi le nom d’un arbre qui commence par O et le nom de famille c’est le même que celui d’un Dj à cheveux blond de renommée internationale qui commence par G.

Collègue freelance si tu passes sur mon blog fuis ce type par tous les moyens tu vas y laisser ta santé mentale à travailler pour lui et à réussir à te faire payer !! 

Laisser un commentaire